Partagez | .
 

 le destin mêle les cartes et nous jouons. - Rafael

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Life is beautiful. Just have fun.
avatar
just me myself & i
▲ MESSAGES : 174

MessageSujet: le destin mêle les cartes et nous jouons. - Rafael   Mer 20 Nov - 17:14



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
FEAT. RAFAEL
1005 MOTS

Le destin mêle les cartes et nous jouons
La vie n'est qu'un jeu. Un énorme plateau dont nous sommes les pions. Dirigés parce qu'on appel le destin. La légende du fil rouge dit que nous sommes tous reliés aux autres. Parce que certains d'entre nous sont amenés à se rencontrer, à un moment où à un autre. Ce fil peut s'étendre se mêler à d'autres fils mais il ne peut pas casser, jamais. Alors qu'on le veuille où non, nos rencontres sont déjà prédéfinie, rien n'est dû au hasard. Aussi étrange que cela puisse paraître. Mais on ne sait pas qui dirige tout ça, quelle force permet ça, non personne le sait. Les croyants vont diront qu'il s'agit de leur Dieu, que c'est lui fait tout, qui décide de ton sort. Pourquoi est ce qu'un mec en particulier pourrait décider de toute la vie de millions d'individus ? Il y a ceux qui y croient et ceux qui n'y croient pas. Leya n'y croit pas. Elle n'a jamais cru que quelqu'un puisse décider de tout. Elle ne croit pas que tout soit décidé à l'avance. Non elle veut croire au hasard. Pourtant il y a des jours où elle se demande vraiment, comment telle ou telle chose peut arriver. Ce matin en partant en cours elle a reçue un prospectus, ce genre de pub sur papier. En général elle ne regarde même pas ce qu'il y a écrit et le jette dans la première poubelle qu'elle trouve. Mais ce papier là l'intrigue. Une voyante qui serait capable de lui dicter son avenir, son passé, ses douleurs. Sa première réaction en lisant ça était de rire, presque exaspérée. Pourquoi certaines personnes verraient elles l'avenir ? D'où est ce que ça peut leur venir hein. Leya n'y croit pas, aux esprits et compagnie, non plus, elle n'y croit pas. Cette pub est ridicule et elle ne sait pas pourquoi elle encore sous le nez alors qu'elle écoute à moitié le cours de Droit auquel elle assiste ce matin. Un soupire s'échappe de ses lèvres alors qu'elle regarde encore ce foutu prospectus.

L'amphithéâtre est plutôt calme ce matin. Il a quelques chuchotement parfois mais tout le monde reste discret. Parce que celle qui leur dicte le cours effraie. Elle est assez imposante, non pas dans sa morphologie mais dans sa voix. Le genre de personne qui se protège derrière une armure. Leya relève les yeux de son livre pour poser son regard sur la maîtresse de conférence. Le cours est assez long, ennuyeux, étudier le code civile. C'est utile oui, mais en quoi faire une étude détaillée de chaque article peut aider. L'étudiante se perd dans les explication de la prof. Elle a l'air de se contredire. Alors qu'elle longe l'amphithéâtre de droite à gauche, traînant ses talons haut d dix centimètre, la jupe de tailleur noir plutôt courte. Son chemisier à moitié décolletée. Cette prof est vraiment spéciale, elle est plutôt jolie, mais assez sévère, stricte quoi. Pourtant ça empêche pas les mecs de la promo de baver dessus. Leya jette un coup d'oeil sur le reste de l'amphi, la moitié n'écoute pas, certains font des dessins, d'autres dorment, et d'autre observent juste la prof en s'imaginant sûrement des choses aussi malsaines les unes que les autres. L'asiatique soupira à nouveau, un peu trop fort cette fois ci. La prof l'a entendue et la fixe maintenant à travers ses lunettes. Leya la défie du regard, elle ne lui fait pas peur, à elle. « On peut savoir ce qui vous exaspère autant mademoiselle ? » Leya se redresse. Elle s'est vraiment fait captée. Ok, que répondre à ça. Votre cours madame, non mauvaise idée. Elle finit par sourire « N'y aurait il pas un moyen plus entraînant d'analyser les articles.. ? Je veux dire. Oui, il faut qu'on les comprennent, mais le fait de réciter un cours bêtement ne nous fait pas vraiment réfléchir sur la question. » Elle a parlé calmement, ne voulant pas se mettre en avant ou se sentir supérieure à son professeur. Leya a toujours été la seule à oser dire les choses franchement, quelque soit la personne à qui elle s'adresse.

La prof tique, l'étudiante soupire et se recule s'appuyant contre le dossier de sa chaise. Elle voulait une réponse, elle l'a maintenant. Leya imagine qu'elle va se faire virer du cours alors, elle se prépare à ranger ses affaires. Mais une voix l'arrête dans son idée. « Eh bien, si vous préférez réfléchir par vous même, formez des groupes de deux à trois personnes, choisissez un article et analysez le, vous avez deux heures. » Leya fait une grimace, ok elle va se faire détester par tout le monde, ou au moins une bonne partie de la promo. Elle sent déjà les regard sur elle. Elle sourit et ne s'en préoccupe pas. Tournant le regard vers son voisin qu'elle ne connaît pas. À vrai dire elle n'a jamais eut l'idée de discuter avec lui, pourtant il est toujours assit à cette place, juste à côté d'elle. Elle ne l'a jamais vraiment remarquée, ou alors rapidement. Elle ne sait même pas comment il s'appelle. Alors que le bruit monte dans l'amphithéâtre elle s'adresse à lui. « Est ce que ça te va si on fait ça ensemble.. sauf si tu me déteste pour ma fabuleuse idée.. ce que je peux comprendre.. » Oui enfin non elle ne comprendrait pas vraiment qu'on la déteste pour vouloir travailler correctement le droit, l'apprendre et l'assimiler en réfléchissant par soi même mais elle comprendrait qu'on la déteste, si on est quelqu'un d'assez fainéant naturellement. Mais dans cette optique, que faire en droit si ce n'est pas pour bosser. La jeune femme se redressa ensuite avant de sourire à son voisin qui n'avait pas encore répondu. « Je m'appelle Leya. » Elle espérait au fond qu'il ne la jette pas comme une pauvre merde et qu'il veuille bien travailler avec elle. Au pire elle trouverait quelqu'un d'autre, Leya était plutôt extravertie de nature alors, il y aurait bien une personne qui voudrait d'elle sur toute la promo.
code par Junnie sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Ҩ 2013


Dernière édition par Leya E. Tràn le Mer 20 Nov - 19:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SUPERADMIN •• Eat, Pray, Love
avatar
just me myself & i
▲ MESSAGES : 106

MessageSujet: Re: le destin mêle les cartes et nous jouons. - Rafael   Mer 20 Nov - 17:56

Le destin mêle les cartes et nous jouons
Where there is desire there is gonna be a flame. Where there is a flame someone's bound to get burned but just because it burns doesn't mean you're gonna die. You got to get up and try
❧ feat. Leya & Rafael...
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Les cours. C'était peut-être la seule chose qui intéressait Rafael. Il avait débarqué à Brighton au mois de septembre et on ne pouvait pas dire qu'il avait énormément d'activités pouvant le divertir. Il s'était fait quelques amis, quelques connaissances, rien de bien approfondi, sa timidité l'empêchant d'aller vers les gens. C'était un défaut, un énorme défaut et il en avait parfaitement conscience. Pourtant, il ne pouvait luter contre. Certes, il tentait de faire des efforts, de se faire le plus ouvert et souriant possible, mais... ça ne marchait pas vraiment. Au final, les cours restaient l'activité la plus importante de sa journée et il ne manquait aucun cours. Jamais. Parce que l'espoir qu'il devienne quelqu'un part le biais d'un futur métier qu'il aurait obtenu grâce à des études approfondies était bien présent. Là, ancré au plus profond de lui-même. Il savait qu'il ne percerait pas grâce à son sourire, son charme ou charisme naturel. Il n'était qu'un jeune homme parmi tant d'autre. Sa beauté ou son humour ne le démarquaient pas de quelqu'un d'autre et son manque de confiance en lui était flagrant. Alors, il étudiait, parce qu'il n'avait que cela dans sa vie.
Du coup, ce matin là, comme tous les autres, il s'était levé de bonne heure, veillant à ne pas éveiller Hope qui était encore endormie et s'était préparé pour sa journée de cours. Il faisait froid et sa journée commençait avec un cours en amphithéâtre. Il prit le bus, marcha un peu et en quelques minutes seulement, il entrait dans l'énorme enceinte de l'université, se frottant activement les mains à la recherche d'une quelconque chaleur. L'hiver risquait d'être rude et en bon Australien qui se respecte il n'en avait pas l'habitude. Les hivers à Sydney étaient très doux et pour la première fois de sa vie, Rafael avait acheté un manteau. Ici, à Brighton, tout le monde semblait s'être habitué à ce vent glacial, mais lui, il doutait qu'un jour il puisse s'y faire. Peu importait, il était là et n'était pas prêt de partir. Se sachant en avance, il se commanda un café au distributeur dans le grand hall et le dégusta tranquillement, avant d'entrer dans l'amphithéâtre. Il n'aimait pas spécialement ce cours. Certes, c'était intéressant, mais le fait d'entendre un professeur citer de simples articles de loi le révulsait. Lire un article, il pouvait le faire chez lui, dans son lit bien au chaud. Il avait passé assez d'année en études de droit pour comprendre une loi. Alors pourquoi diable cette prof un peu tyrannique leur rabâchait les oreilles avec le code civil ? Bien sûr, il gardait ses pensées pour lui, bien trop timide pour oser l'ouvrir et contester sa professeure qui avait, il faut bien le dire, un physique assez contestataire. Outre ses mensurations de rêve et ses tailleurs bien trop échancrés, elle avait un visage fermé et une attitude bien trop dure pur correspondre à son physique alléchant. La plupart des autres garçons en profitaient grandement, mais lui, il s'en fichait. Il aimait les femmes et était attiré par elles, mais... celle-ci n'était pas son style. Non, son style de fille, c'était plus cette jeune femme, assise à sa gauche, dans la rangée. Leya. Il avait entendu une fille parler d'elle un jour et depuis, son prénom n'avait plus quitté son esprit. Elle était belle. Ô ça oui elle l'était ! Mais encore une fois, jamais il n'aurait osé faire le premier pas. Une fille comme elle devait avoir un copain, de toute manière, alors pourquoi prendrait-il le risque de mal se faire mal voir en osant faire un pas vers elle ? Et pourtant, plus les jours passaient et plus il pensait à elle. Il avait conscience que son obsession pouvait paraître malsaine, mais sa psychologue lui avait dit qu'avoir le béguin pour une fille était tout à faire normal, alors, il vivait avec sans trop d'inquiétude.
Depuis son histoire avec Kelly, il avait beaucoup de mal à accepter ses sentiments. Il savait qu'il pouvait vite ne plus se contrôler, même s'il se soignait. Il en avait peur. Alors, il s'accrochait à ses pilules comme à une bouée de sauvetage. Peut-être tout espoir n'était pas perdu ? Il n'en savait rien et pour l'instant, seul le cours semblait avoir de l'importance pour lui. Les mots défilaient sur les feuilles posées devant lui sur le bureau en bois et il ne relevait que rarement la tête, trop absorbé par les notes qu'il prenait. La professeure n'était pas du genre à être lente et répéter quinze fois la même chose, alors, il ne devait pas chômer et faire du mieux qu'il pouvait, malgré la douleur qui commençait à prendre place à son poignet. « Eh bien, si vous préférez réfléchir par vous même, formez des groupes de deux à trois personnes, choisissez un article et analysez le, vous avez deux heures. ». Hein ? Quoi ?!? Déstabilisé, le jeune homme releva la tête, complètement perdu. La situation lui avait complètement échappé et il émergeait difficilement de ses notes, alors que le reste des élèves commençaient à s'agiter, discutant plus fort que d'ordinaire. Former des groupes. Il fallait former des groupes et il savait que c'était perdu d'avance pour lui. Il n'avait pas d'amis présents dans la salle et la plupart des gens le prenaient un peu de haut. Le gars qui ne fait rien pour s'intégrer. C'était ainsi qu'on l'appelait, mais il s'en fichait, parce qu'ils n'avaient pas tord. Il ne faisait, effectivement, rien pour s'intégrer et cela n'était pas prêt de changer. « Est ce que ça te va si on fait ça ensemble.. sauf si tu me déteste pour ma fabuleuse idée.. ce que je peux comprendre.. ». Surpris, il regarda alors la personne qui s'adressait à lui. Leya. Cette fille pour qui il craquait depuis de longues semaines. Cette fille à côté de laquelle il s'asseyait tous les jours et qui ne l'avait jamais remarqué. C'était la première fois qu'elle s'adressait à lui et sa douce voix résonnait dans ses oreilles comme la plus jolie mélodie qu'il ait entendu dans sa courte existence. Elle lui parlait. A lui. A lui et personne d'autre. C'était incroyable... Si bien qu'il en oubliait même de répondre. « Je m'appelle Leya. ». Il devait se ressaisir et vite, s'il ne voulait pas passer pour un plus gros malade mental qu'il ne l'était. Alors, après s'être perdu un instant dans le sourire adorable qu'elle lui adressait, il secoua un peu la tête, bien décidé à ne pas se taper la honte. « Je m'appelle Ley... euuuh Rafael ! ». Okay, c'était mal parti, si bien qu'il en oubliait jusqu'à son prénom. Il se maudissait intérieurement, avant de reprendre, le plus naturellement possible : « J'te déteste pas... », avoua-t-il, une pointe de timidité dans la voix. Il avait l'air d'un parfait crétin, là, à tenter d'établir le contact avec cette fille qui agissait tout à fait naturellement avec lui. Il fallait qu'il se ressaisisse et vite. « Pour être honnête, je commençais sérieusement à me demander à quoi servait ce cours ! », déclara-t-il sous le ton de la confidence, une pointe d'amusement dans ses iris bleutées. Les groupes étaient déjà tous formés et apparemment, il n'y avait que Leya et lui dans le leur. Tant mieux. La professeure, elle, s'était installée derrière son massif bureau en bois, les pieds en éventail. Surement était-elle ravie de la tournure que prenait les événements ? Peu importait. A l'intérieur de lui, Rafael jubilait. Il parlait à la fille qui occupait ses pensées depuis quelques temps et ça valait tout l'or du monde. Attrapant ses notes, ses bouquins et ses affaires, il les poussa vers Leya, dans l'espoir que cela puisse les aider dans leurs recherches. « Tu euh... t'as une idée de l'article que tu veux analyser ou on fait ça au hasard ? », demanda-t-il, l'épais code civil entre les mains. Pour sa part, il avait perdu pied. Il parlait à Leya et ses études, son acharnement au travail et tout le reste semblaient bien loin dès à présent.
fiche par blvd of broken dreams.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Life is beautiful. Just have fun.
avatar
just me myself & i
▲ MESSAGES : 174

MessageSujet: Re: le destin mêle les cartes et nous jouons. - Rafael   Mer 20 Nov - 19:28



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
FEAT. RAFAEL
1108 MOTS

Le destin mêle les cartes et nous jouons
Quelle splendide idée. Leya a eut la bonne idée de soupirer un peu trop fort pour se faire remarquer. Ok, ce cours était ce qu'il y avait de plus ennuyeux et sa prof n'avait pas l'air de comprendre son exaspération. Comment est ce qu'elle arrive à donner un cours aussi ennuyeux, sérieusement ? Leya se le demande bien. Alors elle lui fait remarquer et demande s'il n'y a pas un meilleur moyen pour apprendre les articles du code civile. Articles qu'ils sont déjà censés connaître mais bon. La prof après avoir fait un sourire qui expose ses belles dents blanches annonce qu'ils n'ont qu'à faire des groupes de deux ou trios s'ils voulaient réfléchir par eux même. La jeune femme entend déjà les autres étudiants râler et pester contre elle pour certains. Elle ne s'en préoccupe pas plus que ça et se tourne vers son voisin à qui elle n'a jamais adressé la parole alors qu'il s'assoit toujours à côté d'elle. D'ailleurs elle s'est jamais fait cette remarque mais quand elle y pense c'est vrai qu'il est toujours assit à côté d'elle. Bah qu'importe ça veut sans doute rien dire. Elle lui propose si elle est d'accord pour travailler avec elle puisque visiblement il n'y a personne d'autre qui va vouloir d'elle dans son groupe et puisqu'il a l'air seul aussi. Elle se présente ensuite avant de lui sourire légèrement. « Je m'appelle Ley... euuuh Rafael ! » Leya le regarda un instant, avant qu'un léger rire ne s'échappe de ses lèvres. Non, elle ne se fout pas de lui, c'est juste.. mignon ? On va dire ça comme ça. Il a l'air plutôt timide. Elle a déjà entendu des gens perlé de lui mais elle ne s'en est jamais vraiment préoccuper. À y réfléchir elle se souvient qu'on parle de lui comme celui qui fait rien pour s'intégrer. Au pire en quoi ça les regarde ? Chacun fait sa vie hein. Sérieusement, qu'est ce que ça peut leur foutre qu'il veuille s'intégrer ou pas, au pire il doit avoir ses raisons. Puis Leya ne l'a jamais appelé comme ça alors, on s'en fiche là c'est pas le sujet. « J'te déteste pas.. » Ouf tant mieux ! Leya est soulagée. Même si c'est pas le genre de personne à se formaliser du regard des autres, elle préfère travailler avec quelqu'un qui ne la déteste pas, ça évite les mauvaises ambiances, les sarcasmes ou autres désaccords. « Pour être honnête, je commençais sérieusement à me demander à quoi servait ce cours.. » Au moins ils sont d'accord. Leya lui sourit alors « Ouais.. on peut pas dire que la prof sert à grand chose » Elle a murmuré ses mots en se rapprochant un peu de lui pour qu'il entende, et pour ne pas que la sympathique prof qui geek sur son portable à son bureau ne l'entende. Elle se recule ensuite à nouveau en riant doucement.

Il est temps d'être sérieux. Leya a lancée une idée à la prof, maintenant elle n'a plus qu'à assumer sa merveilleuse idée. Elle se redresse pour poser ses avant bras sur son bureau, toujours en le regardant alors qu'il rapproche ses affaires. « Tu euh.. t'as une idée de l'article que tu veux analyser ou on fait ça au hasard ? » Elle le regarde alors, euh non elle n'a absolument pas réfléchit à l'article qu'elle voulait étudier. Ses lèvres forment alors une moue « Euh.. j'ai pas réfléchit à ça.. mais on peut en prendre un au pif ! » Elle sourit à nouveau et pointe le code civil que tient son camarade « Je peux ? J'ai oublié le mien chez moi.. » Elle avoue, un peu honteuse, pour un étudiante en droit elle devrait avoir ça toujours sur elle. Ouais mais ça pèse une tonne ce truc aussi. Elle attrape alors le code pour le poser devant elle et l'ouvrir à une page au hasard. Ouais mais par page y en a plusieurs des articles, alors lequel ? Elle attrape son crayon en papier le mettant à l'envers, histoire de pas dessiner sur le bouquin de Rafael, et le laisse glisser le long de la première page, celle de gauche. Elle tourne ensuite le regard vers son collègue de travail et avant qu'elle ne puisse s'adresser à lui on vient lui tapoter l'épaule. « Y a moyen de bosser avec toi jolie demoiselle » Leya fait une grimace et se redresse pour observer celui qui vient de s'adresser à elle. De un, sa technique de drague de merde il peut se la mettre où elle pense, de deux, il est aveugle ou il fait exprès de ne pas voir qu'elle est déjà en groupe. « Désolée mon cher mais je suis déjà avec Rafael là pour bosser alors trouve toi quelqu'un d'autre. » Elle le force à enlever sa main de son épaule, gentiment bien sûr et avec toute la grâce dont elle est capable, avant de lui faire signe de bouger de là « Tu permets qu'on travaille ? » Que de gentillesse. Bah, ce mec a l'air plus lourd qu'autre chose, puis il a pas vraiment l'intention de bosser, ça se voit direct. Après il lui proposera qu'ils arrêtent de travailler et qu'ils aillent prendre un café, ça va elle connaît la chanson. Il semble abandonner alors que Leya tourne à nouveau le regard vers Rafael lui adressant un sourire désolé. « Pardon.. Je suis pas quelqu'un de méchant hein.. mais il m'a un peu énervée.. » Elle sourit alors légèrement gênée, elle ne sait pas vraiment ce qu'il en pense, ça se trouve il l'a prend pour une folle furieuse. Enfin bon..

Finalement l'article n'est pas choisi. La jeune femme pose une main sur ses yeux pour se cacher la vue et pose son crayon n'importe ou sur le livre devant elle. Elle rouvre ensuite les yeux et baisse son regard sur le livre avant de lire à haute voix l'article sur lequel elle est tombée. « 2255 La possession est la détention ou la jouissance d'une chose ou d'un droit que nous tenons, ou que nous exerçons par nous-mêmes, ou par un autre qui la tient ou qui l'exerce en notre nom. » Ok, elle est encore jamais arrivée jusqu'à cet article là. La jeune femme soupira « Bien.. tu veux essayer d'en choisir un ? » Elle relève les yeux vers son collègue, peut être tomberait il sur un article mieux. Ou alors celui là lui convient il ? Elle décale doucement le code civile vers lui avant de regarder si elle n'a pas quelque chose qui concerne cet article dans ses cours.
code par Junnie sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Ҩ 2013
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SUPERADMIN •• Eat, Pray, Love
avatar
just me myself & i
▲ MESSAGES : 106

MessageSujet: Re: le destin mêle les cartes et nous jouons. - Rafael   Mer 20 Nov - 20:58

Le destin mêle les cartes et nous jouons
Where there is desire there is gonna be a flame. Where there is a flame someone's bound to get burned but just because it burns doesn't mean you're gonna die. You got to get up and try
❧ feat. Leya & Rafael...
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Elle était là, assise à côté de lui. Elle lui parlait et au fond de lui, il avait l'impression d'avoir de nouveau douze ans et d'être confronté pour la toute première fois à une personne de la gente féminine. Pitoyable. Ridicule. Les adjectifs lui manquaient pour qualifier son état d'euphorie avancée. Cependant, il parvenait à se contrôler et à laisser paraître aux yeux de tous un jeune homme calme et tout à fait normal. Normal. Ce simple terme lui semblait étranger. A l'antipode complet de ce qu'il pensait être. Non, il n'était pas normal. Il aurait aimé l'être. Il appréciait être fondu dans la foule et ne pas attirer les regards, ce qui était assez exceptionnel à une époque où tous les prétextes semblaient être bon pour se faire voir. Tous ces jeunes qui participaient à des émissions de télé réalité dans le but de percer, sans être doté d'aucun talent. Il pouvait sembler vieux jeux, mais lui, il n'aspirait qu'à une vie simple et normale. Tout ce qu'il y a de plus banal. Cependant, il savait bien qu'avec ses problèmes, son passé et sa maladie, cela risquait d'être compliqué. Mais il s'accrochait, parce qu'au fond, il n'y avait que cela à faire.
« Ouais.. on peut pas dire que la prof sert à grand chose », lui murmura Leya, s'approchant un peu de lui. Bien entendu, il ne fit rien de compromettant. Il resta sage et se contenta de rigoler aussi doucement que la demoiselle, ne désirant attirer aucun regard sur eux, encore moins celui de la professeure qui était désormais en train de taper sur son téléphone portable dernière génération. Payée à naviguer sur son téléphone, c'était la belle vie franchement, même si Rafael se doutait que cette quiétude devait cacher un certain agacement de s'être fait couper l'herbe sous le pied par une simple étudiante. Les femmes et leur égo, c'était décidément toute une histoire ! Rafael était peu bavard, mais très observateur. Il aimait bien regarder les gens et leur imaginer une vie, un quotidien. Prenons l'exemple de la professeure, assise derrière son bureau. Une très belle femme, il fallait bien l'avouer, bien que la quarantaine devait approcher à grand pas. Une belle femme dotée d'une grande intelligence, puisqu'elle enseignait à l'université. Et pourtant, sous ses airs de dure à cuir, devait se cacher une femme seule. Probablement célibataire, elle devait attirer les hommes par son physique et les faire fuir par son besoin constant de domination. Ouais, elle devait être ce genre de femme à aimer avoir le contrôle, sur tout, tout le temps. Peut-être avait-il tord, mais sa simple façon de s'habiller laissait penser à Rafael qu'elle aimait qu'on la regarde, qu'on la désire. Peut-être même redoutait-elle le cap des quarante ans ? Surement guettait-elle l'apparition d'une première ride, dans le miroir de sa salle de bain. Effrayée par le fait que bientôt, elle n'intéresserait plus les hommes et se ferait doubler par des jeunes filles, comme celles à qui elle enseignait le droit. Peut-être que ce ton dur qu'elle employait cachait une réelle jalousie envers ses étudiantes ? Oui, Rafael aimait définitivement analyser les gens autours de lui et ce trait de caractère ferait très certainement de lui un bon avocat. Pourtant, en ce qui concernait Leya, il ne voyait rien. Il avait beau s'asseoir chaque jour à côté de cette fille, elle perdurait un mystère et c'était peut-être aussi un peu pour cela qu'elle lui plaisait autant, au-delà de son physique très attrayant. « Euh.. j'ai pas réfléchit à ça.. mais on peut en prendre un au pif ! ». Ils étaient sur la même longueur d'onde, c'était un bon début. « Je peux ? J'ai oublié le mien chez moi.. », lui demanda-t-elle, le scrutant du regard. Et à cet instant, il se demanda comment quiconque pouvait refuser quoique ce soit à cette fille. Elle semblait si... gentille ? Non, ce n'était pas le mot. De toute façon, aucun ne venait à son esprit. Ca dépassait l'entendement. Alors, il se contenta de répondre un simple : « oui oui », un peu pressé, avant qu'une silhouette ne se dessine face à lui, derrière Leya.
C'était un garçon qui partageait la plupart des cours qu'ils avaient. Un grand brun, plutôt mignon à en juger les regards envieux que lui lançaient régulièrement quelques étudiantes. A en voir ses vêtements de marque et sa coiffure parfaitement étudiée, il ne devait pas vivre dans un taudis et c'est sous le regard presque désespéré de Rafael que le jeune homme en question posa une main sur l'épaule de Leya, attirant ainsi l'attention de la demoiselle sur lui. « Y a moyen de bosser avec toi jolie demoiselle ». Rafael s’astreignit de faire la moindre remarque, encore moins de soupirer, bien que l'envie était bien là. De quel droit se pointait-il et tentait de lui couper l'herbe sous le pied ? Ce garçon devait partir gagnant ! Contre lui, Rafael n'avait aucune chance, c'était certain. Et puis cette technique de drague à deux balles ! Peut-être avait-il eu l'audace de se lancer, mais dans ces cas là, Rafael préférait cent fois être trop timide pour oser quoique ce soit, plutôt que de balancer des phrases surfaites dans le genre ! Pitoyable. A cet instant, il aurait aimé avoir le courage de se lever et de dire ses quatre vérités à ce petit péteux. Il aurait aimé avoir l'audace de le dégager et de marquer son territoire... mais il n'avait jamais été courageux. Il était Rafael Barckley, loin de ces héros qu'on voit dans les séries télévisées et qui forcent l'admiration. Il n'était que lui et en avait bien trop honte pour oser s'affirmer. « Désolée mon cher mais je suis déjà avec Rafael là pour bosser alors trouve toi quelqu'un d'autre. »... C'était... incroyable, inespéré, fabuleux ! Ça ne représentait peut-être pas grand chose pour Leya, mais pour Rafael c'était énorme. Elle venait de le choisir. Lui. Et pas l'autre fils à papa. Et son franc parlé laissait Rafael quelque peu admiratif. Jamais il n'aurait songé parler ainsi... encore moins à un inconnu et pourtant, il était heureux et contant qu'elle l'ait fait. « Tu permets qu'on travaille ? ». Le jeune homme était bien trop étonné pour oser dire ou faire quoique ce soit. Il se contentait d'observer la scène qui se déroulait devant lui, pantois. Si ce matin là, on lui avait dit que Leya Tran enverrait balader un mec pour rester avec lui, il n'y aurait pas cru. Surement aurait-il même ri ! Mais c'était bien réel et le gars finit par lâcher l'affaire et tourner les talons. Rafael n'en revenait pas et pourtant, il devait se reprendre et vite ! « Pardon.. Je suis pas quelqu'un de méchant hein.. mais il m'a un peu énervée.. ». Posant son regard sur la demoiselle, il se demandait comment elle pouvait penser qu'il lui porte un jugement aussi négatif. Certes, il se doutait bien qu'elle n'avait pas que des qualités, personne n'est parfait, comme on dit, mais la méchanceté ne faisait, en aucun cas, partie des défauts qu'il lui supposait. « Non, non, t'excuse pas ! », commença-t-il, voulant se faire rassurant, même s'il doutait que sa tentative était bien trop banale pour vraiment marcher... « j'trouve ça cool que tu ais du caractère... ». Pitoyable. Il se sentait vraiment ridicule d'avoir sortir ça et pourtant, il le pensait. Au fond, il l'enviait presque, parce que lui, il était du genre à rester en retrait, trop peureux de ce qu'il était capable de faire s'il en venait à s'emporter. Ses expériences passées lui avait prouvé qu'il pouvait agir excessivement lorsqu'il se faisait dépasser par les événements et même s'il prenait un traitement presque draconien, il savait que tout cela était fragile. Il était sur la voix de la guérison, mais le chemin était encore long, il en avait parfaitement conscience.
Silencieusement, il observa Leya chercher un article et le verdict ne fut pas long à tomber : « 2255 La possession est la détention ou la jouissance d'une chose ou d'un droit que nous tenons, ou que nous exerçons par nous-mêmes, ou par un autre qui la tient ou qui l'exerce en notre nom. ». Okay, à première vue, ce n'était pas si mal. De toute façon, ils pouvaient tomber sur n'importe quel article, aucun ne serait facile à analyser. C'était bien pour cela qu'il y avait des études pour cela. Pas n'importe qui ne pouvait se permettre de se lancer dans une analyse d'un texte de loi ! « Bien.. tu veux essayer d'en choisir un ? ». Relevant le regard de l'article en question, les prunelles de Rafael rencontrèrent celles de Leya et il perdit pied un court instant. Elle était vraiment très belle. Peut-être même trop belle et c'était bien ça le problème. Il avait un réel béguin pour cette fille et ne savait comment le prendre et le gérer. Alors, il tentait d'agir le plus naturellement possible, bien que c'était compliqué. Il était trop incertain comme jeune homme et n'avait pas assez confiance en lui. Cela était surement son plus gros défaut et pas des moindres. « Non, ça me semble pas si mal que ça... », déclara-t-il se hâtant de fouiller dans les divers bouquins et notes qu'il avait posé devant eux. Pendant le cours, ils n'en étaient pas encore venu à parler de cet article précis et c'était cette notion qui rendait l'analyse encore plus intéressante. Peut-être arriveraient-ils à prouver à la professeure qu'ils valaient quelque chose ? C'était une chance à saisir ! Trouvant enfin ce qu'il cherchait, Rafael dégagea de la pile un livre qu'il ouvrit et déposa devant eux, suivi de près par quelques notes qu'il avait pris lui-même durant son temps libre. Il avait un peu d'avance sur le cours, puisqu'il n'avait que ça à faire chez lui et cette fois-ci, ça lui serait d'une grande utilité. « Voilà... », souffla-t-il, parcourant des yeux ses notes assez clairement et proprement rédigées. Il était organisé, de toute façon, il n'avait pas le choix. Il avait besoin d'un certain ordre dans son quotidien. Ça le rassurait, même si parfois, il se trouvait complètement tordu. « Bon alors... »... et c'est ainsi qu'ils commencèrent à étudier ensemble, n'échangeant que de très rares paroles à propos de leurs vies personnelles. De toute façon, ils avaient du pain sur la planche et Rafael était assez acharné dans son travail. Leya lui posait quelques questions parfois, auxquelles il tentait de répondre le plus clairement possible et même s'ils étaient en train de travailler, Rafael passait un bon moment. Peut-être le meilleur depuis qu'il avait débarqué à Brighton. Certes, Hope était de très bonne compagnie, mais sa cousine avait ses propres amis et autre chose à faire que de s'occuper de son cousin qui se faisait déjà bien assez envahissant en squattant chez elle.
Une heure... une heure et demi plus tard, et ils avaient déjà terminé, mettant un point final à leur analyse. Rafael était assez satisfait. Ils avaient travaillé vite et bien et cerise sur le gâteau, il leur restait du temps en rabais... Peut-être était-ce l'occasion pour lui de se démarquer et apprendre à la connaître ? Encore fallait-il qu'il en ait le courage ! Bouchant son stylo à plume, le jeune homme le déposa devant lui et fut heureux de constater que les autres élèves étaient encore en pleine analyse et qu'en plus de cela, ils semblaient galérer. Il ne se réjouissait pas du malheur des autres, mais ils ne s'étaient pas gênés pour les déranger, Leya et lui, durant la première demi heure, alors qu'ils parlaient de leurs vies et autres trucs inutiles. Désormais, les rôles s'inversaient au plus grand bonheur du jeune homme. S'adossant au dossier de la chaise, le jeune homme s'étira un peu, soufflant de contentement. « Voilà une bonne chose de faite ! On risque d'avoir une bonne note en plus ! ».
fiche par blvd of broken dreams.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Life is beautiful. Just have fun.
avatar
just me myself & i
▲ MESSAGES : 174

MessageSujet: Re: le destin mêle les cartes et nous jouons. - Rafael   Mer 20 Nov - 23:21



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
FEAT. RAFAEL
1213 MOTS

Le destin mêle les cartes et nous jouons
Heureusement pour elle, Leya avait trouvé un collègue de travail plutôt cool. Elle ne le connaissait pas mais ça n'empêchait pas le fait qu'elle le trouvait sympathique. Elle n'était pas très douée pour cerner les gens, enfin ça dépendait. Mais lui elle avait du mal. Il faut dire qu'elle n'avait jamais essayé. Elle ne savait pas si il allait rire à son humour, à sa blague sur la professeure. Mais si, il avait rit aussi doucement qu'elle. Ça ne faisait que deux ou trois minutes, peut être cinq, qu'ils se parlaient et l'ambiance était plutôt tranquille. Des fois, il y a des gens avec lesquels on se sent mal à l'aise, l'ambiance est parfois même dérangeante. Mais là non, il 'y avait rien de tout ça. Leya ne se sentait pas de trop dans ce duo, au contraire, elle se sentait même à sa place. Et lui ? Elle n'en savait rien, elle espérait ne pas paraître trop.. elle ne savait même pas mais peu importe. Elle espérait qu'il ait une bonne opinion d'elle, même si la moitié ou plus de l'amphithéâtre était entrain de pester contre elle. De toute façon Leya s'en fichait un peu des autres là. Elle venait de demander à son voisin s'il voulait bien qu'elle prenne son code civile, ayant oublié le sien. Après avoir eut un bref « oui oui » pour réponse la jeune femme se saisit de l'objet pour l'ouvrir à une page au hasard. Ils avaient décidé qu'ils prendraient un article au pif, parce qu'aucun d'eux n'avaient vraiment d'article particulier en tête. Au moins ils étaient d'accord. L'étudiante allait choisir quand un mec assez péteux vint la voir pour savoir si elle voulait travailler avec lui. Un café et une nuit à l'hôtel aussi ? Elle s'était retenu de répondre ça, parce qu'il aurait été capable de répondre positivement. Ce genre de mec qui n'utilisait que sa soit disant beauté ou son soit disant charme pour avoir ce qu'il voulait, parfois il avait recourt à l'argent, vu que ça devait être un fils à papa. Un espèce de riche qui faisait la fête tous les soirs, qui en avait rien à foutre de ses études parce que de toute façon il aura un bon job par piston, merci papa. Papa devait être avocat ou bien juge ou quelque chose dans le genre. Et Leya était loin de ce monde là, elle aimait faire la fête ouais, mais pas avec ce genre de mec, non merci. Elle n'y tenait pas spécialement. Et puis là elle ne voulait pas travailler avec lui, de toute façon elle avait déjà un binôme qu'il avait sûrement ignoré volontairement. Elle lui rappela alors qu'elle bossait déjà avec Rafael et qu'il n'avait qu'à trouver quelqu'un d'autre. Alors qu'il ne bougeait pas elle l'envoya encore balader lui demandant si elle pouvait travailler maintenant. Il ne fallait pas déranger la demoiselle lorsqu'elle travaillait.

La jeune femme reporta son attention sur son camarade, s'excusant, un peu gênée elle devait l'avouer. « Non, non, ne t'inquiètes pas. Je trouve ça cool que tu aies du caractère » Leya sourit légèrement. Elle baissa un moment les yeux avant de le regarder à nouveau « C'est gentil » Oui il aurait pu ne rien dire ou simplement dire qu'il s'en foutait, ou elle ne savait pas quoi imaginer encore. Mais non, il l'avait quelque peu rassurée, même si au fond elle n'était pas si apeurée que ça, mais elle s'était un peu sentie mal à l'aise de s'être énervée contre ce mec devant un inconnu. Son jugement sur elle, elle ne le connaissait pas et d'un côté elle s'en fichait de ce que l'on pouvait penser d'elle, mais c'était toujours plus sympathique lorsque les gens pensaient du bien plutôt que quelque chose de mal. Leya n'était pas une mauvaise personne. Elle se concentra ensuite sur sa recherche d'article finissant par en trouver un avec l'aide du hasard. Elle fit une légère grimace et se tourna vers Rafael pour savoir s'il ça lui allait, ou s'il voulait en chercher un lui même. « Non ça me semble pas si mal que ça » Ok alors ils étaient partis sur ça ! La jeune femme fouilla dans ses notes, les posant ensuite face à elle avant de se redresser. Elle glissa ses doigts dans ses cheveux les rassemblant avant de les séparer en trois parties et de les tresser. Elle fit sa tresse rapidement, ayant l'habitude. Une tresse sur le côté, parce que droite dans le dos c'était difficile à faire soit même. Elle s'éloignait un peu du clicher des asiatique au niveau de ses coiffures, parce qu'en générale elles les attachaient toutes en chignon. Mais Leya n'était pas fan de ce genre de coupe, ça fait trop sévère selon elle, enfin ça dépendait. Mais passons, ils n'étaient pas là pour discuter coiffure. La jeune femme lisait ses notes en même temps alors que son camarade faisait de même. Elle finit par attacher ses cheveux les faisant tenir grâce à un élastique noir. Elle attrapa ensuite à nouveau son crayon de papier pour souligner les éléments dont il pourraient avoir besoin et se concentrer sur leur sujet.

Ils travaillèrent un moment, toujours en accord l'un avec l'autre, c'était un vrai plaisir de travailler avec quelqu'un qui était sur la même longueur d'onde que soit. Après une heure, ou une heure et demie peut être elle n'en savait rien, de travaille la jeune femme posa enfin son stylo à bille avec lequel elle écrivait toujours. « Voilà une bonne chose de faite ! On risque d'avoir une bonne note en plus ! » Un long soupire de satisfaction s'échappa de ses lèvres et la jeune femme se tourna vers son voisin en souriant. « J'espère qu'on va avoir une bonne note ! » Elle tourna ensuite le regard sur le reste de la salle, ils n'avaient pas fini tous. Il restaient une demie heure avant que le délai ne soit terminé. L'étudiante ferma son bouquin et rangea ses notes minutieusement. Elle n'était pas maniaque mais en ce qui concernait ses cours elle rangeait toujours plutôt bien, histoire de s'y retrouver plus facilement. Elle rangea son crayon et ses stylos avant de tourner à nouveau le regard vers Rafael. Elle avait bien envie de faire connaissance avec lui, après tout c'était son voisin de table à tous les cours et elle n'avait jamais prit la peine de faire attention à lui, honte sur elle. Elle attrapa son portable pour regarder l'heure, faisant ensuite une légère moue. « Dis.. ça te dit qu'on aille se poser ailleurs ? Le prochain cours n'est que dans deux heures et demie.. et j'ai envie de me chercher un truc à boire.. » Oui, elle lui demandait implicitement s'il voulait bien rester avec elle, elle ne connaissait pas grand monde dans cette licence et les cours en mode solo elle en avait un peu marre alors si elle pouvait avoir quelqu'un avec qui elle s'entendait, pourquoi pas ? Et puis, il n'avait pas l'air vraiment intégré. Elle n'avait pas pitié, et elle ne l'utilisait pas non plus, mais elle le trouvait vraiment sympathique et elle voulait apprendre à le connaître un peu plus. « Sauf si tu as quelque chose à faire hein.. » Elle ne voulait pas qu'il se sente obligé d'accepter, elle comprendrait qu'il refuse après tout, on a tous une vie.
code par Junnie sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Ҩ 2013
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
just me myself & i

MessageSujet: Re: le destin mêle les cartes et nous jouons. - Rafael   

Revenir en haut Aller en bas
 

le destin mêle les cartes et nous jouons. - Rafael

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Garmin Edge 605 - conseils pour cartes...
» Téléchargement de cartes raster
» Comment acheter des cartes supplémentaires pour un Nüvi avec CN Europe NT 2008 - Region 2 (Fra)
» impression de cartes avec MS
» Maj des cartes et 3D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: L'extérieur-